Home » Project » La Résistance en Flandre (2022 - )

La Résistance en Flandre (2022 - )

Le Front de l'Indépendance en Flandre durant la Seconde Guerre mondiale. Une première approche pour une étude qualitative du mouvement de résistance dans 7 villes flamandes de taille moyenne.

Geheim leger : Groepsportret van een onbekende afdeling van het Geheim Leger in Vlaanderen, na de bevrijding, copyrights CegeSoma/Rijksarchief.

"En Belgique francophone, les gens ont résisté, en Flandre, ils ont collaboré" : un  cliché tenace sur la Seconde Guerre mondiale  qui a encore cours aujourd'hui. La réalité historique est bien plus nuancée. Ces dernières années, on a, à juste titre, accordé de plus en plus d'attention à la Résistance en Flandre. A travers diverses initiatives, le CegeSoma contribue aux recherches sur le sujet.

An Rydant, collaboratrice scientifique au CegeSoma mène une étude sur le Front de l'Indépendance dans les villes flamandes de taille moyenne. Elle s'intéresse à ses origines et à son développement, à la coopération entre les différents groupes sociaux ainsi qu’à son mode de recrutement, aux formes de résistance et à l'impact de la répression allemande. Une des questions centrales traite de la spécificité locale de la résistance étudiée à travers la comparaison de ces villes de taille moyenne. Les résultats de ses recherches feront l'objet d'un article scientifique.

En avril 2022, la Revue belge d’Histoire contemporaine a publié un numéro thématique sur la résistance, édité par Babette Weyns (UGent) et Michèle Corthals (UAntwerpen), rédactrices invitées. On peut notamment y lire un premier article de synthèse consacré à la résistance à Gand (Bruno De Wever et Caroline Steen) ainsi qu’un article de Marnix Beyen sur la résistance dans la commune de Wijgmaal, dans le Brabant flamand.

Bruno de Wever (UGent) et Nico Wouters (CegeSoma) préparent également  une  synthèse sur l’histoire de la résistance en Flandre. Elle sera achevée en 2024. Les recherches d'An Rydant et de De Wever/Wouters ont en partie été rendues possibles grâce à une donation de l'asbl Witte Brigade/Fidelio.