Home » News » Une acquisition unique : les photos de "Müller-Schönhausen".

Une acquisition unique : les photos de "Müller-Schönhausen".

Des militaires allemands dépannent Müller quelque part en France (près de Airaines ?) (3119, nr. 36) (c) Peter Müller

Début 2020, le CegeSoma faisait l’acquisition d’un fonds d'archives assez remarquable : les archives photographiques personnelles de Rudolf Müller (1893-1968), transmises par son fils, Peter. Les 133 enveloppes avec négatifs (format 24x36 mm), soit au total plus de 4.500 photographies ( !) de la période 1940-1948, sont désormais inventoriées.

Autoportrait de Rudolph Müller
après-guerre, (3119, nr. 121)
(c) Peter Müller

Rudolf Müller (de son nom d’artiste : Müller-Schönhausen), s'intéresse déjà à la photographie alors qu’il est encore écolier. Après la Première Guerre mondiale, iI effectue des études à la Lehr- und Versuchsanstalt für Photographie, Chemigraphie, Lichtdruk und Gravüre à Munich, puis travaille comme photographe indépendant. De 1927 à 1937, il est professeur dans son Alma Mater entretemps devenue la Bayerische Staatslehranstalt für Photographie. Pendant cette période, Müller rejoint les SA, pour lesquels il travaille également en free-lance, et le NSDAP.
En septembre 1940, il est chargé par l'Oberkommando der Wehrmacht de faire, en France, le portrait des soldats allemands qui ont reçu la croix de chevalier de la croix de fer - l'OKW souhaitait en effet publier un album photographique de prestige reprenant les titulaires de la croix de chevalier. Au cours des années suivantes, Müller fait la navette avec sa propre voiture de service (une Ford V8), son chauffeur et son assistant technique entre le Nord de la France et la Belgique, et son atelier à Berlin. En 1943, comme le vent tourne pour l'Allemagne nazie, il est à nouveau appelé sous les armes.

Müller montre ses photos à des militaires allemands,
environs de Bordeaux, (3119, nr. 76) (c) Peter Müller

Müller détruit en 1945 les négatifs et les tirages de ses photos officielles par crainte de l’avancée des armées soviétiques. Mais en tant que photographe passionné et talentueux, il a également réalisé pour son propre compte durant ses missions de nombreux portraits, paysages, scènes de la vie quotidienne et photographies artistiques plus abstraites. Ce qui en a été conservé est maintenant au CegeSoma.

Les photographies de Müller-Schönhausen montrent non seulement des routes interminables ou des paysages du Nord de la France et de la Belgique, mais aussi les traces tangibles des guerres mondiales (monuments commémoratifs officiels et improvisés, sépultures de guerre, vestiges de batailles), l'atmosphère dans les territoires occupés et la vie citadine entre autres à Paris et Bruxelles. La ‘Ville-Lumière’ surtout a exercé un attrait particulier sur le photographe, comme en témoignent les photos des hauts lieux touristiques, des grands boulevards, de la vie nocturne, des bouquinistes le long de la Seine, ...

Publicité pour le Cabaret russe 'Kremlin'
à Bruxelles (3119, nr. 30) (c) Peter Müller

 

L'inventaire de ce magnifique dossier d'archives peut être téléchargé dès maintenant et est disponible via notre catalogue d'archives.

P.S. Vous disposez également de documents d'archives (photos, lettres, journaux personnels, archives d'associations, etc.) relatifs aux conflits du XXe siècle ? Vous souhaitez qu'ils soient préservés pour les générations futures?

N'hésitez pas à nous contacter !