Home » News » TROIS QUESTIONS À … Léo Baudelet,

TROIS QUESTIONS À … Léo Baudelet,

Le ‘MacGyver’ d’exception du CegeSoma

Au mois de mai de l’année prochaine, Léo, cela fera 20 ans que tu as rejoint le CegeSoma, en tant que technicien de surfaces. Tu es arrivé à l’époque au Résidence Palace (ancienne localisation du CegeSoma) suite à la fermeture du Palais des Congrès.

Pourrais-tu nous esquisser ton parcours avant ton arrivée au CegeSoma ?

J’ai fait un peu de tout. J’ai commencé à travailler à l’âge de 14 ans en tant qu’apprenti dans les châssis en aluminium, puis j’ai travaillé comme garnisseur, d’abord aux chemins de fer et ensuite chez un carrossier. Puis je suis arrivé au Cinquantenaire pour travailler au Musée de l’Armée mais mon contrat a été interrompu car j’ai été appelé pour effectuer mon service militaire en Allemagne. Et après, j’ai été engagé au Palais des Congrès où je suis resté durant 18 ans. Durant ces années-là, j’ai également travaillé en tant qu’indépendant, comme tenancier de café à Bruxelles pendant 5 ans, le soir, avec l’aide de mes parents et d’autres proches.

En quoi consiste ton travail actuellement et qu’est-ce que tu apprécies en particulier ?

Ce que j’apprécie, c’est la diversité dans mon travail. À côté de mes tâches d’entretien, j’installe des étagères dans les locaux – en leur coupant parfois ‘les pieds’ si nécessaire pour optimiser le rangement – j’essaie de réparer les serrures qui ne fonctionnent pas, je règle les fermetures des portes coupe-feu, j’aménage la salle de conférence avant les événements organisés par le Centre, etc. J’accompagne également les corps de métier dans le bâtiment.

J’aime surtout beaucoup tout ce qui est réparations car je m’y connais bien ‘en bâtiment’… Il m’arrive d’ailleurs régulièrement d’aider les uns et les autres aussi en dehors du travail. Avoir pu travailler au début de ma carrière en tant qu’apprenti seul avec un patron, c’était idéal ! De plus, j’ai une très bonne mémoire ce qui aide beaucoup. Et il faut dire que j’ai appris énormément au fil des années même si on n’a jamais fini d’apprendre, surtout au niveau technique.

À côté de tout cela, ce que j’apprécie par-dessus tout, ce sont toutes les occasions où on se retrouve et où on partage de bons moments tous ensemble comme les teams building par exemple.

Est-ce que tu as des bons souvenirs ou des anecdotes à nous partager ?

Oh oui, et il y en a beaucoup ! Je me souviens par exemple du jour où on a fêté le départ de José Gotovitch, le Directeur de l’époque … Il est arrivé au CegeSoma dans une Jeep de la période de guerre, c’était extra !

Et le jour où j’ai dû évacuer une souris qui était tombée dans la poubelle de notre ancienne comptable… La souris n’arrêtait pas de faire des petits bonds pour tenter de s’échapper … je ne sais pas qui était la plus terrorisée des deux ?

Et aussi, pendant les périodes de confinement, j’étais un des seuls à venir quotidiennement au CegeSoma et là, quand il n’y a personne, on commence à entendre tous les craquements du bâtiment … et je peux avouer que ce n’est pas toujours très rassurant …

Et pour terminer Léo, l’an prochain, après 43 années de travail, tu seras pensionné. Quels sont tes projets ?

Je voudrais encore travailler comme chauffeur-livreur quelques heures par-ci par-là car je connais bien la Belgique. Et sinon, effectuer des réparations, repeindre, plafonner, faire des choses en lien avec le bâtiment.

Merci à toi Léo ! Tu vas nous manquer et tes nombreux talents de ‘MacGyver’ nous manquerons aussi … bonne route à toi !