Home » News » Tout savoir sur les résistants belges ? Découvrez Wikibase Résistance

Tout savoir sur les résistants belges ? Découvrez Wikibase Résistance

Initié par le CegeSoma au printemps 2021, le projet Wikibase Résistance vise à offrir un outil de recherche sur les personnes impliquées dans des activités de résistance en Belgique durant la Seconde Guerre mondiale. Cet outil - qui prendra la forme d’une base de connaissance collaborative - est destiné à recueillir et à publier des informations issues de formulaires et de dossiers personnels conservés au CegeSoma et dans d’autres dépôts des Archives de l’État. Hébergeant des données structurées, multilingues, lisibles par des humains comme par des machines, cette base de connaissances permettra ainsi de faire des recherches sur la base d’un nom, d’une date de naissance ou encore d’un domicile.

Les objectifs de Wikibase Résistance sont multiples : d’une part, le projet vise à centraliser les données dispersées entre différents dépôts physiques et fichiers numériques, de manière à améliorer l’accès aux collections du CegeSoma, mais aussi leur visibilité. D’autre part, cette optimisation permet de mieux prendre en compte les demandes des utilisateurs portant sur des personnes, tout en explorant de nouvelles façons d’explorer des données.

Enfin, cette base de connaissance a également pour ambition d’interconnecter ces personnes à des bases de données externes, de manière à offrir davantage d’informations contextuelles et à décloisonner les collections. En passant d’une logique de données en silo à une logique d’ouverture des données, le CegeSoma s’inscrit ainsi pleinement dans la transition numérique à l’œuvre dans le secteur des archives.

Concrètement, ce sont plus de 150 000 résistantes et résistants ayant été actifs durant la Seconde Guerre mondiale en Belgique qui seront identifiés à terme sur cette plateforme. Les descriptions de ces milliers de combattants de l’ombre permettront notamment de retrouver la référence précise de leurs dossiers personnels, qu’ils proviennent des fonds de la Sûreté de l’État, de l’Office de la Résistance, des mouvements de résistance eux-mêmes - comme le Groupe G ou la Witte Brigade - ou encore de ceux conservés par le Service Archives des Victimes de la Guerre.

Pour en savoir plus et suivre les actualités de ce projet auquel œuvrent quotidiennement près d’une quinzaine de bénévoles, de membres du personnel et de stagiaires, visitez la page dédiée au projet.