PDF Version imprimable Suggérer par mail

1918-2018. Quatre ans de guerre. Cents ans d’impacts

Novembre 1918. Les canons se taisent enfin. Pourtant impossible de fermer la parenthèse.

Le monde d'antan a définitivement disparu. Commence alors un monde nouveau, incertain, à inventer.

C'est l'entrée dans le « court XXe siècle » pour reprendre l'expression forgée par Eric Hobsbawm et que bon nombre d'historiens se sont appropriée.

Pour évoquer cette période complexe, le Vif/L'Express a publié un numéro Hors-Série dont la coordination a été assurée par Chantal Kesteloot et Laurence van Ypersele.


Elles ont fait appel à 31 historiens et historiennes issus de l'ensemble des universités des deux communautés du pays pour évoquer quelques-uns de ces enjeux, le tout à l'attention d'un large public.

 

Chaque texte est  accompagné d'une ou de plusieurs illustrations sélectionnées avec soin et qui démontrent la richesse des collections des institutions fédérales.

Sont passées en revue les questions liées aux enjeux militaires, les tensions et les acquis de la sortie de guerre, les conséquences du conflit sur le plan international mais aussi sur la société. Le numéro s'achève sur quelques contributions évoquant la mémoire de la guerre et le tournant que constitue le « Grand Centenaire ».

 

Ce numéro est également l'occasion de mettre en évidence le renouveau de l'historiographie. Si celui-ci a certes débuté bien avant cet anniversaire, il n'en demeure pas moins que les recherches sur le sujet n'ont jamais été aussi nombreuses : plus d'une trentaine de jeunes historiens réalisent ou ont récemment achevé une thèse de doctorat portant totalement ou partiellement sur la Première Guerre, un phénomène sans précédent.

 

Ce numéro aborde une série de questions et de problématiques qui nous interpellent.

 

En quoi l'expérience de la Grande Guerre a-t-elle profondément impacté la société belge qui a vécu une expérience si particulière de la guerre ? Comment l'occupation presque totale du territoire a-t-elle modelé une mémoire spécifique de ce conflit ?

Cette histoire ne se limite pas à nos frontières : les dimensions coloniales et les traités de paix sont également appréhendés tant la Grande Guerre a en ce domaine aussi profondément bouleversé la donne. 

 

Bref, une histoire, un vécu mais aussi une mémoire résolument plurielle mais indispensable pour tenter de comprendre l'histoire de ce « petit pays » si complexe.

  Retour