PDF Version imprimable Suggérer par mail

CATALOGUES NUMÉRISÉS - 3 conseils pour trouver davantage de sources et de références

La consultation des catalogues numérisés d'institutions comme la Bibliothèque royale de Belgique (KBR), les Archives générales du Royaume (AGR) et le CegeSoma* est un des premiers pas que fait le chercheur afin d'obtenir des informations sur le passé. Nous vous donnons ci-après trois tuyaux pour trouver davantage encore de références et de sources numérisées dans les catalogues de ces institutions.

 


Ces conseils sont basés sur les premiers résultats du projet de recherche MADDLAIN, dans le cadre duquel ont été étudiés durant deux années les pratiques et besoins du public des trois institutions, en termes d'accès numérique aux collections. L'objectif, à terme, est d'améliorer l'offre numérique des institutions.

 

Conseil n°1 - Les catalogues numérisés ne contiennent pas uniquement des références mais aussi des sources numériques

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La majorité des participants à l'enquête sur les utilisateurs menée par MADDLAIN, déclarent faire usage des catalogues numérisés des institutions afin de trouver des descriptions et des numéros de référence. Mais seuls 60 à 70% d'entre eux utilisent également les catalogues pour consulter des sources numérisées. Parmi ceux qui utilisent les catalogues uniquement pour la recherche de descriptions, la plupart soulignent qu'ils ne savaient pas que le catalogue offrait aussi accès aux collections numérisées.

 

Dans les catalogues des Archives de l'État et de la Bibliothèque royale il est possible de cocher une option permettant de faire une recherche uniquement dans les collections numérisées :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au CegeSoma cette option n'est malheureusement pas disponible, mais la grande majorité des collections numérisées sont des photographies et il est possible de faire une recherche spécifique parmi les photographies en cochant le mot « Photothèque ». Les autres archives numérisées sont quant à elles accessibles via une arborescence.

Les trois institutions ont également créé des plateformes indépendantes spécialement dédiées aux collections numérisées.

Ci-dessous un bref aperçu des sources numérisées dont peut disposer un chercheur sur la Première ou la Seconde Guerre mondiale :

 

Conseil n°2 – Introduisez aussi vos termes de recherche dans l'autre langue nationale ou avec l'ancien orthographe

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 L'enquête MADDLAIN nous révèle que la moitié des néerlandophones n'introduisent jamais un mot de recherche en français dans les catalogues numériques. Pourtant, pour cause de manque de personnel, la plupart des sources ne sont décrites que dans une langue. Dans certains cas des mots clés dans les deux langues sont ajoutés aux descriptions, mais les institutions ne mènent aucune gestion active des données et ne font pas non plus usage de méthodes telles que Linked Data qui veillent à ce que les utilisateurs obtiennent les mêmes résultats indépendamment de la langue dans laquelle ils mènent leur recherche. Afin de ne pas manquer certaines références, il est donc important d'introduire vos mots de recherche dans les deux langues nationales.


Dans certains catalogues, comme par exemple Belgica Press, les archives numériques de la presse de la KBR, il peut aussi valoir la peine d'introduire les mots de votre recherche avec l'ancien orthographe puisque dans ce cas précis la recherche ne se fait pas à travers les métadonnées mais au cœur même des textes des anciens journaux.

 

 

 

 

 

Conseil n°3 – Ne limitez pas votre recherche aux catalogues numérisés. Consultez aussi les inventaires et les fichez papierLes catalogues numérisés qui nous mènent aux collections, c'est très pratique : il nous suffit d'encoder un terme de recherche et un clic plus tard, nous avons accès aux références bibliographiques à consulter pour trouver l'information que nous cherchions. Beaucoup de chercheurs ne savent cependant pas que la mise en ligne de métadonnées sur l'entièreté des collections d'une institution est un travail de longue haleine. À ce jour ce travail est seulement pratiquement terminé au CegeSoma. Aux AGR, la situation varie fortement d'un dépôt à l'autre, mais pour certains dépôts, près de 50% de leurs collections ne sont pas encore accessibles via le catalogue numérisé. Les inventaires papier disponibles dans les salles de lecture peuvent donc offrir aussi aux chercheurs d'intéressantes pistes de recherche.


Pour la KBR, entre autres, toutes les références des fiches d'inventaires de la salle de lecture générale n'ont pas encore été ajoutées au système numérique. Cette collection de cartes contient les références de tous les documents qui ont été acquis par la KBR depuis 1985 et ces références peuvent être consultées par nom d'auteur ou par sujet. Plus ou moins 20% d'entre elles n'ont pas encore été ajoutées au système numérique. Cette collection de fiches papier demeure donc jusqu'à nouvel ordre un instrument de recherche important.

 

Jill Hungenaert & Karla Vanraepenbusch

 

* Le CegeSoma a été intégré aux Archives de l'État le 1er janvier 2016. Dans un futur proche, le CegeSoma continuera à utiliser ses propres sites web et catalogues numériques. C'est donc pour cette raison que le Centre a été considéré comme une institution à part entière dans l'enquête MADDLAIN.

  Retour