PDF Version imprimable Suggérer par mail

Les décombres de la guerre

Bruno Benvindo & Evert Peeters

 

Les décombres de la guerre. 
Mémoires belges en conflit, 1945-2010 



 

Bruno BENVINDO & Evert PEETERS

 

Les décombres de la guerre. 
Mémoires belges en conflit, 
1945-2010 

 

 

Pourquoi les Belges n'en ont-ils pas fini avec la Seconde Guerre mondiale ?

 

La Libération de 1944 ne marque pas seulement la fin d'une guerre. C'est aussi le début d'un douloureux combat pour la mémoire. Plus que les autres pays d'Europe occidentale, la Belgique se divise autour de l'héritage de l'Occupation. Résistants et collaborateurs, prisonniers politiques et victimes de la persécution raciale, nourrissent chacun leur culte du passé. Se greffant sur les vieilles querelles belgo-belges et sur les nouveaux antagonismes européens nés de la Guerre froide, ces mémoires rivales s'affrontent jusqu'à aujourd'hui. Dans Les décombres de la guerre, résultat d'un projet qui fut mené pendant deux ans au CEGESOMA, Bruno Benvindo et Evert Peeters narrent cet affrontement.

 

La lutte pour le souvenir est ici racontée en retraçant l'histoire des principaux lieux de mémoire de l'Occupation. Le fort de Breendonk, la colonne du Congrès, la caserne Dossin ou encore la tour de l'Yser sont analysés comme autant de monuments où témoins, citoyens ordinaires et pouvoirs publics tentent faire valoir leurs droits sur le passé.

 

Bruno Benvindo poursuit actuellement au CEGESOMA ses recherches sur la mémoire de guerre, en étendant la réflexion aux acteurs et institutions qui ont, depuis 1914 jusqu'à aujourd'hui, porté dans l'espace public le souvenir des deux guerres mondiales. Evert Peeters est quant à lui désormais chercheur postdoctoral à la KU Leuven.

 

Le livre peut être commandé au CEGESOMA (Lut Van Daele ou 02/556.92.07) et coûte 18 €, frais de port compris (prix en librairie : 22 €).


Les décombres de la guerre. Mémoires belges en conflit, 1945-2010 [Bruno Benvindo & Evert Peeters], Waterloo, Renaissance du livre, 2012, 16 x 24 cm, 269 p.

 

Pour un aperçu de l'ensemble de nos publications, cliquez ici.

 

  Retour